En perpétuelle recherche de perfectionnement, la Troupe décide de confier la mise en scène de son spectacle annuel à un professionnel ou du moins à quelqu'un possédant une solide expérience dans la direction d'acteurs. Après plusieurs contacts infructueux, son choix se porte finalement sur Henri Felber, metteur en scène attitré du Théâtre de Poche de Leysin. Il nous propose de monter une pièce policière anglaise, L'étrange nuit de Rockland , de H.-I. Young (adaptation française de P. Chambard et M. Dubois). L'enjeu est de taille, car la Troupe n'a jamais travaillé le genre policier. La distribution étant plus étoffée que pour les pièces précédentes, une difficulté de taille se présente rapidement: l'homogénéité des acteurs et des actrices. La plupart de ces dernières n'ont qu'un rôle de figuration, mais leur jeu quasi «muet» s'avère essentiel pour la création d'une ambiance énigmatique et angoissante. A cela s'ajoutent encore la sophistication du décor et les difficultés techniques. Ces obstacles partiellement surmontés n'empêchent pas le succès de la pièce.

Le 18 mars, dans le cadre d'un nouvel échange, Les Amateurs Associés de Riddes viennent présenter à St-Maurice Les deux Vierges de J.-J. Bricaire et M. Lasaygues.

D'autre part, en juin, une partie de la Troupe a largement profité d'un stage d'expression corporelle donné par Jacques Gardel. Quant à Bernard Constantin et Michel Rey-Bellet, ils ont participé tous deux à un cours de mise en scène donné sur un week-end prolongé par André Schmidt, metteur en scène professionnel.